Contexte scientifique du GDR

La physique nucléaire en laboratoire et dans le cosmos s’intéresse aux propriétés fondamentales des noyaux atomiques et à l’origine des éléments atomiques. Elle permet aussi de comprendre les processus violents dans l’univers – tels les novae, kilonovae et supernovae – et les étoiles compactes comme les étoiles à neutrons.

Le domaine d’investigation de la physique nucléaire est ainsi très large et les progrès attendus sont multiples. Ces progrès proviennent des développements ultimes des accélérateurs et détecteurs actuels comme à SPIRAL2 et à FAIR-GSI, d’outils nouveaux dont les capacités sont totalement inexplorés comme ELI-NP, ou encore des données astronomiques arrivant à la fois en quantité et en qualité inégalées, pour ne citer que VIRGO-LIGO.

Ces développements actuels ou en perspective soulignent aussi la très forte vitalité de la physique nucléaire dans le contexte scientifique présent. Ainsi, au moment où la construction de la phase 1 de SPIRAL2 s’achève d’une part, où d’autres installations comme ALTO, ATLAS-CARIBU, ELI-NP, ISAC-ARIEL, ISOLDE, FAIR-GSI, FRIB, RIKEN sont en cours d’exploitation ou de construction, et au moment où de nombreuses nouvelles données nous proviennent ou sont attendus des observatoires astronomiques, tels que XMM-Newton, FERMI, le radiotélescope de Nançay, NICER-ISS, VIRGO-LIGO, ATHENA, et nécessitent une meilleure compréhension de la physique nucléaire dans le cosmos, ce GDR permet de rassembler la communauté scientifique française autour des questions à la fois fondamentales et interdisciplinaires liées à la compréhension du noyau atomique et de la matière nucléaire, de leurs degrés de liberté et de leurs interactions.